Hôpital sans tabac

Réseau Hôpital sans tabac

L’objectif de ce réseau est de promouvoir l’application de la Charte Hôpital Sans Tabac au sein des établissements de santé. Cela implique de créer une dynamique locale autour du tabagisme à trois niveaux :

  • l’implication de la direction, des services et des partenaires sociaux
  • la sensibilisation des professionnels de santé à la prise en charge du tabagisme
  • la sensibilisation des patients à l’importance d’arrêter de fumer ou de se prémunir contre les méfaits du tabac.

De sa fondation, en 1996, jusqu’à l’interdiction totale de fumer dans les établissements de santé le 1er février 2007, le Réseau Hôpital sans tabac (RHST) n’a cessé de progresser dans le sillage des initiatives des pouvoirs publics. En 2008, le Réseau a tourné une page de son histoire et s’est ouvert à l’addictologie en devenant le « RHST Prévenir les pratiques addictives ». Il rassemble aujourd’hui plus de 700 établissements adhérents publics et privés sous son nouveau nom, Respadd.

Confrontés au problème du tabac, les établissements de santé sont longtemps restés isolés. Dès sa fondation, le Réseau Hôpital sans tabac a choisi d’organiser la prévention et la prise en charge du tabagisme à l’hôpital autour de la Charte Hôpital sans tabac qui constitue à la fois un engagement et un guide.

Accompagner les établissements de santé dans leur démarche Hôpital sans tabac

Au début des années 2000, l’objectif initial de promotion de la loi Evin à l’hôpital s’est doublé d’un ensemble de services en quatre volets (assistance stratégique, assistance technique, formations et missions), destinés à venir en aide aux établissements de santé. Dans cette perspective, le Réseau a modélisé la démarche d’hôpital sans tabac sous la forme de référentiels (hôpital général, hôpital psychiatrique, maternité et école de santé sans tabac) et fournit les outils de communication qui les accompagnent et les complètent. Le département formation du Réseau a développé FASTER, premier programme numérique de formation des personnels hospitaliers, destiné à être installé sur le serveur informatique d’un hôpital.

En parallèle de ces innovations, les missions, financées chaque année par le ministère de la Santé, ont permis de réaliser des enquêtes (Baromètre tabac personnel hospitalier, Auto-évaluation des politiques tabac des établissements de santé, État des lieux des consultations de tabacologie) et des actions, au premier rang desquelles l’opération « Ce mois-ci j’arrête », qui, de 2003 à 2005, a conduit plus de 12 000 hospitaliers à débuter un sevrage tabagique.

S’ouvrir vers la prévention des conduites addictives

En 2008, le RHST-Prévenir les pratiques addictives a élargi son champ d’activité vers l’addictologie. Dans cette perspective, les comités locaux de prévention du tabagisme des hôpitaux ont été invités à devenir les acteurs de la prévention des addictions à l’hôpital sur le modèle des actions développées pour le tabac.

Parallèlement, les services du Réseau (aide méthodologique à la mise en place d’unités d’addictologie) et les formations (hôpital et addictions, repérage précoce – intervention brève) ont été réorganisées pour promouvoir, aux côtés de la lutte contre le tabagisme qui demeure d’actualité, une culture d’addictologie à l’hôpital et un engagement fort des hospitaliers sur ce thème.

Pour aller plus loin…

Consulter les référentiels pour l’élaboration d’un plan stratégique de réduction du tabagisme :