Femmes et addictions

Selon les données de la littérature, hommes et femmes se distinguent en termes de comportements à risques associés à l’usage de substances. Leurs comportements, usages et facteurs de risques diffèrent et ce, quels que soient les méthodes d’analyse ou produits envisagés. Plus encore, les femmes représentent un tiers des usagers de drogues au niveau mondial tandis qu’un seul un usager sur 5 en traitement est une femme. Elles sont aussi plus nombreuses à être orientées par les services sociaux alors qu’elles recherchent de l’aide pour d’autres motifs, dont des troubles de la santé mentale. Cette inégalité d’accès aux soins et la force du stigmate dont les femmes usagères de drogues sont l’objet plaident pour la mise en place et la diffusion d’approches originales, « au féminin ».

 

Ressources :

journee-projets-femmes-DGS-RESPADD Présentation et actes du RESPADD « Femmes, sexualités et addictions »


Guide-complet-(BAT2)-MD

 Guide concernant l’usage de substances psychoactives pendant la grossesse


 

Bibliographie selective :

Le RESPADD consacrait en octobre 2015 le numéro 2 de la revue Agir Addictions aux femmes. Au sommaire, l’addictologie au féminin, la prévention à travers le théâtre, l’esprit de la clinique des Épinettes…
 Pour le consulter

Voir également …

Fontannaz, “A la rencontre des femmes usagères dans l’espace urbain” /  Dépendances, n°54, février 2015

 Dano ; F. Le Geay ; N. Lacave-Oberti ; G. Fournis, « Conduites d’alcoolisation des femmes françaises et catégories socioprofessionnelles : caractéristiques et liens », La Lettre du Psychiatre > Vol.10, n°1 – 12-16, février 2014

 Obradovic I., Beck F. « Jeunes femmes sous influence. Une féminisation du public reçu pour usage de cannabis dans les dispositifs d’aide ? » Travail, genre et sociétés, 2013, n°29, p. 105-127.

 Escots S., Suderie G. Revue de la littérature : Femmes et addictions. Paris, Fédération Addiction, 2013, 50 p.


 

Liens utiles :

 ANECAMSP

Logo-anecamsp-head-typosetmain
Association fédératrice concernant l’action médico-sociale précoce*


 Drogues info service / Dossier thématique Drogues, alcool et grossesse

drogues_info_service
Portail d’information à destination du public sur les risques liés à l’usage de drogues pendant la grossesse comprenant des repères thématiques pour faciliter la navigation


 Fédération française des réseaux en périnatalité
HeaderLogo

Mise à disposition des expertises du domaine, soutien des réseaux émergents


  SAF FRANCE
BANNER-POUR-ENTETE-COURRIER1-e1346794059681

Association pour la prévention des conséquences de l’alcool pendant la grossesse


 Le planning familial
planning-logo


 Griselidis

Site ressource pour et par les travailleur(euse)s du sexe

griselidis


 

Dans la presse internationale sur le thème « femmes et addictions »
Inégalités d’accès aux soins entre hommes et femmes usagers de drogues

D’après le rapport annuel de l’United nations office on drugs and crime (UNODC), les femmes usagères de drogues plus stigmatisées que les hommes auraient aussi plus de difficulté à intégrer un programme de traitement, faute de pouvoir ou de vouloir s’éloigner de leur foyer, par peur que la garde de leurs enfants leur soit retirée. Si les femmes représentent au niveau mondial un tiers des usagers de drogues, en revanche seul un usager sur 5 en traitement est une femme. D’après ce même rapport, les femmes usagères de drogues sont plus nombreuses à être orientées par les services sociaux alors qu’elles recherchent de l’aide pour d’autres motifs, dont des troubles de la santé mentale. Enfin, les tendances de consommation varient entre hommes et femmes. Les femmes sont plus enclines au mésusage de médicaments sur prescription et trois fois moins nombreuses que les hommes à consommer du cannabis, de la cocaïne ou des amphétamines.
Reuters
“Female drug users shun treatment for fear of losing children: U.N.”
26 juin 2015
Kieran Guilbert
  http://mobile.reuters.com/article/idUSKBN0P628Z20150626?irpc=932

 Consulter le rapport

 

Activisme au féminin

punkLe collectif catalan GynePunk crée des outils de gynécologie d’urgence à l’attention des travailleuses du sexe, des femmes en situation de précarité dans une perspective de réduction des inégalités de santé, notamment pour les minorités qui ne bénéficient pas de la sécurité sociale.
A l’origine d’outils de dépistage do it yourself (DIY) des infections urinaires et mycoses génitales, ce collectif féminise la réduction des risques tout en participant à une transformation en profondeur des représentations de la féminité conservatrices et rétrogrades en promouvant notamment une forme renouvelée de la pornographie.

Markery

Makery-logo

 

“GynePunk, les sorcières cyborg de la gynécologie DiY”

30 juin 2015

Ewen Chardronnet

 http://www.makery.info/2015/06/30/gynepunk-les-sorcieres-cyborg-de-la-gynecologie-diy/

 

Augmentation sans précédent des décès liés à la prescription d’opioïdes aux USA

Un nouveau rapport de l’Urban Institute, issu de l’analyse des données statistiques du Center for disease control (CDC) aux Etats-Unis, fait état d’une tendance inattendue et préoccupante: l’augmentation spectaculaire, de 3,3 à 15,9 décès /100 000, du taux de mortalité attribuable à une overdose ou intoxication médicamenteuse chez les femmes âgées entre 15 et 54 ans de type caucasien. A titre indicatif, le CDC estimait à 6 600, rien qu’en 2010, le nombre de décès attribuables à une overdose d’antalgiques chez les femmes de 15 à 54 ans, toute ethnie confondue, autrement dit le quintuple de ce qu’il était en 1999.

Source :
Nan Marie Astone, Steven Martin, and Laudan Aron, “Death rates for US women ages 15 to 54“, Urban Institute, March 2015