Audit et conseil

Parmi ses missions le Respadd conseille et assiste les établissements de santé dans l’élaboration de leur politique de prévention et de prise en charge des pratiques addictives.

Mission d’appui en addictologie

Le Plan national addictologie définit le dispositif de prise en charge et de soins pour les personnes ayant des conduites addictives.

Ce dispositif prévoit trois niveaux d’intervention (de proximité, de recours, pôle universitaire) répondant chacun à un niveau d’organisation et de réponse pour la population.

Le Respadd vous aide à mettre en place ou à développer des unités hospitalières d’addictologie en conformité avec la règlementation, en vous permettant de profiter de l’expérience déjà acquise par certaines équipes et de l’expertise d’addictologues reconnus.

Animation et progression grâce à une méthodologie éprouvée et par l’intervention de 2 experts addictologues.
Une  journée.

Tarif adhérent : 1 500 euros

 

Mission d’appui en tabacologie et enquête “Tabagisme en blouse blanche”

Pour accompagner les établissements dans leur réflexion et devenir un “hôpital promoteur de santé”, le Respadd propose aux établissements qui en font la demande une “mission d’appui en tabacologie”.
Cette action s’articule autour de la charte “hôpital sans tabac” dans le cadre d’une politique de prévention du tabagisme. Elle comprend l’enquête “tabagisme en blouse blanche” dont les objectifs sont de faciliter la prise de conscience des professionnels et d’accompagner les établissements de santé dans leur démarche “hôpital sans tabac”. Cette enquête permet de sensibiliser les agents hospitaliers sur les modalités de prise en charge du tabagisme, mais aussi de renforcer la politique de prévention et de prise en charge du tabagisme.

Sa mise en place se décline en deux étapes :

La réalisation de l’enquête “tabagisme en blouse blanche” destinée à mettre en exergue l’impact du tabagisme des soignants tant sur leur prise en charge des patients fumeurs que sur la qualité des soins perçus par les malades et les visiteurs. L’enquête comporte donc un questionnaire à destination des soignants, et un questionnaire pour les “patients et visiteurs”. Dans ce cadre, le RESPADD s’engage à rédiger, à saisir et à mettre à plat les données des deux questionnaires distribués par l’établissement. Ces résultats seront par la suite remis à l’établissement demandeur.
La seconde étape, est une journée d’échange qui réunit les acteurs impliqués. Cette journée est animée par un expert tabacologue/addictologue du RESPADD et permet la restitution et la discussion des résultats de l’enquête afin de soutenir l’établissement dans la mise en place d’une telle politique de prévention (modalités d’application du règlement intérieur…). Nous proposons également une réflexion sur la mise en place de zones “fumeurs” identifiées au sein des espaces extérieurs des établissements de santé.
Ces outils permettent de mettre en exergue les ambivalences des différents acteurs (professionnels de santé, directions, autres agents hospitaliers, mais aussi les patients et les visiteurs) et de travailler à la mise en place d’une véritable politique de prévention du tabagisme partagée et consensuelle.
L’enquête met en lumière plus particulièrement l’impact négatif sur la qualité des soins perçue par les patients et les visiteurs lorsqu’ils voient des soignants fumer, mais aussi le plus faible investissement des professionnels fumeurs dans la prise en charge du tabagisme de leurs patients fumeurs.